Actualités
Filtrer les actualités
Par ex., 24/09/2020
Par ex., 24/09/2020
Social & RH
Publié le Mercredi 16 septembre 2020

Un plan de relance en faveur de l'emploi des jeunes

Outre l'aide en faveur des apprentis, le gouvernement a prévu un plan de relance afin de favoriser l’emploi des jeunes qui intègrent le marché du travail. L’objectif est, notamment, de proposer une aide financière aux entreprises afin de les inciter à recruter des jeunes malgré la période d’incertitude économique.

Quels types de contrats ?

Sont visés les embauches de salariés de moins de 26 ans dont la rémunération est inférieure ou égale à deux fois le Smic (Smic horaire : 10,15 €), en CDI ou CDD d’une durée d’au moins 3 mois, entre le 1er août 2020 et le 31 janvier 2021.

L'employeur ne doit pas bénéficier d’une aide de l’Etat versée au titre du salarié concerné. Il ne doit pas non plus avoir procédé, depuis le 1er janvier 2020, à un licenciement pour motif économique sur le poste concerné par l’aide.

Le système de prise en charge

Le montant de l’aide s’élève à 4000 € au maximum par salarié. Elle est versée à raison de 1000 € au maximum par trimestre dans la limite d’un an.

Ce montant est proratisé en fonction de la durée de travail du salarié et de la durée effective du contrat de travail.

Comment procéder ?

La demande de l’aide est adressée par l’employeur dans le cadre d’un téléservice (mis en place en octobre 2020) auprès de l’Agence de services et de paiement (ASP) dans un délai maximal de 4 mois suivant la date de début d’exécution du contrat.

En pratique, l’employeur atteste sur l’honneur remplir les conditions d’éligibilité mentionnées dans sa demande d’aide. Il justifie également, dans le cadre d’une attestation, de la présence du salarié.

Cette attestation doit être transmise avant les 4 mois suivant l’échéance de chaque trimestre d’exécution du contrat.