Actualités
Filtrer les actualités
Par ex., 01/07/2020
Par ex., 01/07/2020
Immo & Vie des locaux
Publié le Vendredi 6 décembre 2019

Lycée Saint-Joseph de Villejuif : "une maison bâtie sur le Roc"

Un nouvel établissement scolaire catholique a été inauguré à Villejuif, dans le diocèse de Créteil. Rattaché au groupe scolaire de Cachan (école-collège), le Lycée Saint-Joseph est un projet ambitieux, construit en quelques mois seulement grâce à la détermination et l'optimisme de tous les acteurs institutionnels, gestionnaires, techniques et éducatifs.

Le vendredi 29 novembre, le Lycée Général et Technologique Saint-Joseph de Villejuif a été inauguré et béni par Mgr Santier, évêque de Créteil, en présence de Blandine Schmit, directrice diocésaine du Val-de-Marne, de son prédécesseur Philippe Delorme, aujourd'hui secrétaire général du Sgec, de Franck Le Bohellec, maire de Villejuif, de Bénédicte Deren, chef d'établissement-coordinatrice, de Gérard Picquard, président de l'Ogec, et de tous les représentants de la communauté éducative. Un "plateau remarquable pour un évènement remarquable" a fait remarquer le président d'Ogec.

Un challenge commun

La cérémonie fut forte en émotions tant l'aboutissement du projet dans les temps tenait de l'impossible. Il doit sa réussite à la mobilisation constante d'une équipe coordonnée, en phase avec les objectifs et inspirée par la détermination du chef d'établissement.

"Si un problème surgissait, et il y en eut de nombreux, ce n'était jamais un point de blocage mais au contraire un challenge commun qui mobilisait les énergies afin de trouver la solution" raconte Gérard Picquard dans un discours où les deux valeurs célébrées ont été "gratitude" et "fierté".

Un besoin scolaire avéré

Tout est parti du constat qu'il n'y avait pas de lycée dans le secteur de Villejuif (Cachan, Arcueil, Kremlin-Bicêtre) et que de nombreux élèves quittaient le diocèse à l'issue du collège. Il fallait donc un établissement pour assurer une continuité pédagogique locale.

Avec l'appui de l'évêque et du directeur diocésain de l'époque, Philippe Delorme, la mairie qui souhaitait créer une nouvelle école primaire sur un terrain municipal a finalement accepté le projet de construction d'un lycée.

Directrice diocésaine du Val-de-Marne depuis la rentrée 2019, Blandine Schmit se réjouit de démarrer sa mission dans ce contexte : "C’est une grande joie de voir cet établissement se déployer, dans un secteur où l’enseignement catholique n’était pas présent au lycée. Lycée qui va permettre d’accueillir les collégiens non seulement du collège Saint Joseph de Cachan, mais aussi du collège Jeanne d’Arc au Kremlin-Bicêtre, et offrir ainsi une continuité éducative dans l’enseignement catholique pour ces jeunes."

Une prouesse de chantier

Une fois réglé le cadre juridique de la propriété, le premier coup de pioche est donné en janvier 2019 et les locaux ont pu ouvrir à la rentrée de septembre - soit 8 mois après ! -, avec 2 classes de seconde  GT et la promesse d'une montée pédagogique qui, selon Blandine Schmit, "va se déployer sur 4 ans pour arriver à 13 classes de lycée, avec l’ouverture de deux classes de 1ère et une autre 2nde dès la rentrée prochaine, puis des terminales."

Un alignement des facteurs de réussite

Très impliquée dans le projet depuis sa nomination à la tête de l'établissement en 2015, Mme Bénédicte Deren reconnait que la faisabilité du défi immobilier a suscité pas mal de réserves mais qu'une conjonction de facteurs a rapidement levé les doutes :

  • un soutien des différentes instances, publiques et privées, pour répondre à un besoin scolaire avéré ;
  • une équipe "travaux" solidaire autour du chantier et résolument orientée vers le maintien des délais par les maîtres d'ouvrage, les architectes, les artisans et les ouvriers ;
  • un financement cadré par des études prévisionnelles avec l'Urogec Île-de-France
  • une aide financière de la part du diocèse pour éviter d'obérer le budget de fonctionnement des autres sites (école et collège) le temps de la montée pédagogique
  • et l'optimisme du chef d'établissement et de l'Ogec pour embarquer la communauté éducative dans cette aventure qui, selon les mots de Madame Deren relève du "miracle".

Un miracle bâti sur le Roc

Un miracle que Mgr Santier a incité à transformer en joie : "Soyez heureux dans votre maison, bâtie sur le Roc. Habitez-là, rendez-la vivante et accueillante à tous."

Dans son homélie, il a invité les élèves à y grandir en compétences et en spiritualité : "Celui qui dans notre société peut assumer de grandes responsabilités, c’est celui qui est habité intérieurement, qui sait où il va sans se laisser disperser par toutes les proposition de la société de consommation, elle arrive à combler vos besoins, mais vous n’êtes pas satisfaits, vous avez soif de découvrir que vous êtes aimés, que vous comptez pour quelqu’un, pour Dieu qui vous aime d’un amour sans limites."

Photographies : Services techniques de la Mairie de Villejuif