Actualités
Filtrer les actualités
Par ex., 24/11/2020
Par ex., 24/11/2020
Covid-19
Publié le Mardi 3 novembre 2020

Les applications concrètes du nouveau protocole sanitaire en entreprise pour nos établissements

Suite aux nouvelles annonces du Président de la République et du gouvernement, un reconfinement et de nouvelles mesures sont en vigueur du 30 octobre au 1er décembre 2020. Un nouveau décret précisant les mesures générales applicables jusqu'au 1er décembre 2020 a été publié et le protocole sanitaire publié par le ministère du Travail a été actualisé. Quelles sont les principales évolutions ?

Dans la situation actuelle, les établissements sont les mieux placés pour s’organiser en veillant à la santé de chacun, et ce dans le cadre d’un dialogue social responsable avec le Comité Social et Economique.

La généralisation du télétravail pour les missions compatibles

Conformément aux recommandations, il est conseillé de faciliter le plus possible le télétravail pendant cette période, pour les activités qui le permettent. Il appartient au chef d’établissement de mettre en œuvre la meilleure organisation possible pour répondre au mieux à l’accueil de tous les élèves dans des conditions satisfaisantes. 

C’est donc lui qui est à même de décider des missions qui peuvent être assurées en télétravail partiel ou total. En pratique, cela va concerner essentiellement les services administratifs (pour certaines personnes, pour certains jours).

Il n’y a pas d’accord ou de charte à mettre en œuvre de manière obligatoire dans ce contexte. Une charte serait recommandée si vous souhaitiez par contre pérenniser le recours au télétravail. Mais, il est essentiel de réflechir et d'apporter une réponse objective, l'employeur doit pouvoir motiver son  refus à une demande de  télétravail

 Afin d’identifier les différentes activités, le ministère du travail propose de mettre en œuvre une méthode simple en trois étapes.

1. Lister les principales activités pour chaque fonction ou métier. Ne pas hésiter à identifier des activités qui ne sont pas jugées prioritaires habituellement mais qui pourraient avoir une valeur ajoutée pour préparer la sortie de crise : mise à jour de procédures et de supports de travail, veille, etc.

2. Evaluer les freins ou difficultés éventuelles au télétravail pour chacune de ces activités pour l’entreprise, le client et le télétravailleur (exemples : accès au serveur à distance, qualité du réseau internet, confidentialité des données, relations à préserver avec le client, maîtrise des outils numériques par le salarié concerné, etc.)

3. Identifier si des moyens et conditions peuvent être réunis pour lever ces difficultés (matériel de travail, installation de connexion sécurisée, ouverture de salles de visioconférence, définition de modalités et de plages de disponibilité pour les clients, les collègues et les managers, formation à distance à l’usage de nouveaux outils numériques, etc.)

Afin d’identifier au mieux ce qu’il est utile et réaliste de faire en télétravail de manière pertinente, ce travail doit être réalisé avec les salariés concernés afin d’identifier ce qui rend possible le télétravail et ce qui l’empêche, ce qui le facilite et ce qui le contraint. Bien comprendre l’activité et ce qui la rend possible, c’est aussi pouvoir mieux en discuter et partager les difficultés rencontrées.

En savoir plusMise en place du télétravail et https://infos.isidoor.org/kb/teletravail-et-covid-19/

 

 

L’organisation des réunions par visioconférence

Pour rappel, il est plus que recommandé d’organiser des réunions par visioconférence lorsque le présentiel ne se justifie pas, en particulier pour éviter les déplacements et les regroupements à risque. Ce qui est facilement réalisable pour les CA, AG et bureaux d’Ogec. La présence du président d'Ogec pour préparer les dossiers avec le chef d'établissement, visiter un chantier ou signer des documents est d'une autre nature. Il peut se déplacer avec une attestation "bénévole" (voir ci-après).

Pour voter les décisions en distanciel, il est possible de le faire à main levée devant sa webcam activée si c'est d'usage en temps normal.

En cas de vote à bulletin secret, des applications gratuites existent (ex : slido, LimeSurvey,...).

Pour les AG avec un plus grand nombre de participants, des solutions payantes  (Euro-Vote, Neovote, easyQuorum,...) permettent de sécuriser les votes.

Plus d'informations sur Solidatech.fr et téléchargez le guide ci-joint.

En savoir plusFonctionnement associatif à distance

Les attestations de déplacement pour les salariés et les bénévoles

Pour les salariés et services civiques qui travaillent en présentiel : ils sont autorisés à se déplacer et doivent recevoir une attestation professionnelle (voir modèle ci-dessous).

Pour les bénévoles qui doivent se rendre expressément en présentiel dans l’établissements pour une activité déterminée (catéchiste, bibliothèque,...) et dont la continuité se doit d’être assurée : nous conseillons de rédiger une attestation faite par l’établissement pour expliciter la mission réalisée (voir modèle ci-dessous). Le bénévole doit aussi remplir sa propre attestation de sortie dérogatoire en cochant la case 1.

La suspension des moments de convivialité dans le cadre professionnel

Les moments de convivialité réunissant les salariés dans le cadre professionnel sont interdits. Penser à annuler les moments festifs qui auraient été programmés jusqu’au 1er décembre.

L’utilisation de l’application TousAntiCovid pour faciliter le suivi des cas contacts

Le gouvernement recommande que chaque salarié télécharge l’application “tousAntiCOVID“. Dans ce but, l’employeur a l’obligation d’informer le salarié de l’existence de cette application et de l’intérêt de son activation pendant les horaires de travail.

Télécharger et exposer l’affichette pour vos salariés (voir ci-dessous).

Et toujours... le port du masque obligatoire

Dans les zones où des mesures de couvre-feu sont appliquées, le port du masque doit être permanent dans les lieux de travail clos et partagés. Il y est donc impossible de retirer temporairement son masque. Informer ses salariés sur le port du masque obligatoire.