Actualités
Filtrer les actualités
Par ex., 12/11/2019
Par ex., 12/11/2019
Social & RH
Publié le Mercredi 6 novembre 2019

VAE : Et si votre expérience était certifiée ?

La Validation des Acquis de l'Expérience (VAE) est un dispositif de certification qui permet de transformer une expérience en diplôme ou titre professionnel équivalent. Quelles sont les modalités pour la passer, qu'en retire un salarié et en quoi est-ce un enjeu d'animation des ressources humaines dans nos établissements scolaires ?

Quel que soit le statut ou le niveau de formation, tout salarié qui justifie d'au moins une année d'expérience dans la discipline éligible à une certification peut prétendre à la VAE.

Fréquemment, des ASEM obtiennent ainsi un CAP Petite Enfance. C'est pour eux une belle valorisation de leur travail et la possibilité d'une évolution professionnelle et, pour l'établissement, un levier de reconnaissance des compétences et de motivation des équipes.

La VAE porte aussi sur des diplômes de qualification supérieure. C'est le cas de Stéphanie Léonian, attachée de gestion à l'institution Saint-Joseph de Grenelle, Paris 15e, qui nous raconte sa démarche.

Pourquoi avoir choisi de faire une VAE ?

C'est un ami chef d'entreprise qui m'en avait parlé et je trouvais la démarche intéressante.  J’ai effectué ma demande auprès du chef d'établissement dans la cadre de l’entretien professionnel prévu par notre convention collective. Ma démarche a été acceptée et soutenue par l’ensemble de la direction et par l’Ogec. L’année d’écriture est assez lourde, et c’est important d’être soutenu et encouragé. Mes collègues ont joué un rôle très important. Ils m’ont portée jusqu’au jour de ma soutenance.

Quelles sont les principales étapes ?

Le cursus se déroule en plusieurs phases.

1. Déterminer son domaine de compétence et le diplôme correspondant.

En ce qui me concerne, mon périmètre de compétence est la comptabilité. Je me suis dirigée vers le diplôme du DCG (diplôme de comptabilité et gestion).

2. Déterminer l’école ou l’université  qui dispense ce diplôme.

Dans mon cas, il me fallait connaître les équivalences et les unités d’enseignement à présenter, et envisager le mode de financement. L’école ou l’université peut nous guider. À ce stade, il n’y a pas de règles dans le choix de l’école. À ma connaissance, plusieurs universités et écoles proposent la VAE.

Ensuite, il s’agit de présenter deux dossiers : le livret I et le livret II, en suivant très précisément les consignes données. Pendant cette phase, j’ai eu la possibilité de m'appuyer sur les conseils d'un expert-comptable afin d’échanger sur mon projet et me conforter dans ma démarche.

3. Faire la demande par le livret I

Le premier livret décrit le diplôme à présenter en indiquant toutes ses Unités d'Enseignement (UE). Il s’agit de détailler les unités déjà acquises (par l’équivalence d’un autre diplôme déjà obtenu) et les unités à valoriser. Ce livret rend compte également de tout le parcours professionnel et des motivations à présenter la VAE.

J'ai fait ma demande en juin 2017, après avoir passé plusieurs mois à déterminer le diplôme et trouver mon école, le CNAM-INTEC.

Le jury donne un premier avis. S’il est favorable, alors il faut enclencher une demande de devis pour l’accompagnement. Me concernant, j’ai mobilisé mon compte CPF.  L’accompagnement nécessite 20 h de suivi par le tuteur.

4. Rédiger le livret II après acceptation

Le second livret détaille tout le parcours professionnel en rapport avec les matières valorisées. On présente les différentes organisations dans lesquelles on a évolué, les postes occupés, en répondant à une liste de questions.

La 2ème phase du livret II concerne la rédaction de plusieurs situations en rapport avec le référentiel de la matière présentée. Il doit comporter autant de situations qu’il y a d’UE à valider.

Le livret II se dépose dans l’école ou l’université où nous sommes inscrits avec 3 dates possibles de dépôt : janvier, avril et septembre.

5. Soutenir son mémoire devant un jury

À la suite de ce dépôt, nous sommes convoqués pour la soutenance en mars, juin ou novembre. À l’issue de la soutenance, le jury peut valider la totalité de la demande, une partie ou demander un écrit supplémentaire.

Le cursus complet de ma VAE a duré 1 an. J’ai soutenu mon dossier en Juin 2018 et présenté 7 UE. J’ai obtenu la validation totale de mes UE me donnant ainsi le diplôme du DGC, et l’équivalant à l’État, le diplôme du DCG.

Présentée ainsi, la VAE peut être assez simple et accessible mais chaque phase mérite de l’attention et du travail, surtout pour les 2 dernières phases.

Avez-vous rencontré des difficultés ?

Mon tuteur m’a demandé de réécrire 3 fois mon premier UE, quand vous pensez que je devais en écrire 7 ! J’aurais pu me décourager dès le début.

Les difficultés ne manquent pas. Par exemple je n’avais pas le bon outil informatique, j’ai changé mon ordinateur. Un soir j’ai "écrasé" tout mon travail, j’ai passé la nuit à tout réécrire. J’ai alors revu mon mode de sauvegarde.

L’obstacle principal reste le quotidien : arriver à concilier vie professionnelle, vie familiale, etc tout en gardant l’objectif, écrire !

Pour moi, la motivation est restée égale du début à la fin de mon travail.

Qu'est-ce que cela vous a apporté pour l'exercice de votre mission au quotidien, au-delà des qualifications techniques ?

La confiance en soi, la capacité à se dépasser, davantage de rigueur, de l'assurance.

Et la suite ?

Pour continuer dans cette dynamique, je poursuis mes études par la préparation du diplôme suivant : le DSCG. Cette nouvelle étape a nécessité d’organiser avec Opcalia et mon employeur un plan de formation dans le cadre du CPF accompagné.

Dans ce cadre également, et fort de l’expérience positive de ma 1ère VAE, je me suis lancée dans la rédaction d’une nouvelle VAE pour obtenir plusieurs UE du DSCG.