Actualités
Filtrer les actualités
Par ex., 28/01/2023
Par ex., 28/01/2023
La question du jour
Publié le Mardi 29 novembre 2022

Comment les salaires de la branche ont-ils évolué depuis un an ?

Dans le contexte inflationniste actuel, quel bilan et quelles perspectives peut-on tirer des mesures de soutien aux salariés prises par la branche, à l'heure de l'arrêté des comptes 2021-22 et de la révision du budget 2022-23 ?

Des hausses cumulées de salaire de 6,5 à 10% selon les strates

Les nombreuses mesures prises par la branche (notamment en réponse à la hausse du SMIC) ont un impact en cumulé depuis 13 mois, c'est-à dire depuis septembre 2021. Nous les avons chiffrées. Elles s'étalent, en moyenne, de 10 % pour les salariés de strate I à 6,5 %  pour les salariés de strate IV.

À titre de comparaison, les autres secteurs de main-d’œuvre, dont certains sont proches (restauration) sont confrontés aux mêmes problématiques de rémunération et de recrutement. Les augmentations dans ces secteurs d’activité sont également significatives. Le SNRC, syndicat de la restauration collective, annonce ainsi une hausse moyenne de 7.25 % des grilles conventionnelles (site SNRC).

La branche EPNL se situe donc dans les moyennes constatées au plan national.

Le Smic est actuellement à 11,07 € de l’heure, le premier niveau conventionnel à 11,2017 €, soit un écart de 1,2 %, vite effacé en cas de nouvelle hausse - possible - du Smic au 1er janvier prochain.

Quelles perspectives pour le budget et les NAO de l'année à venir ?

Nous préconisons une évolution de masse salariale pour cette année de 4% en moyenne dans la construction des budgets. L'exercice se révèle donc délicat.

De même, une des clés d'une négociation NAO consiste à connaitre son environnement conventionnel : Quel bilan de la politique de branche passée ? Quelles tendances ?

Connaitre et avoir conscience de cette évolution des rémunérations depuis septembre 2021 est donc important.

Classification et rémunération en révision pour septembre ?

Schématiquement, la branche peut jouer sur deux éléments : la valeur du point, ou des mesures catégorielles en faveur des premiers niveaux de rémunération. Le premier a le désavantage d’augmenter tous les salaires, le second a le désavantage d’écraser la grille conventionnelle de rémunération, l'écart entre les strates se resserrant.

Ce n’est donc pas simple.

Dans ce contexte, la branche a lancé une réflexion générale sur la classification et son corollaire, la rémunération.  Un cabinet spécialisé l’accompagne. Prélude à une négociation avec les partenaires sociaux et qui pourrait aboutir à un accord revoyant classification et rémunération pour septembre 2023.