Actualités
Filtrer les actualités
Par ex., 18/07/2019
Par ex., 18/07/2019
Restauration scolaire
Publié le Vendredi 3 mai 2019

Cantines : du bio dans les assiettes d'ici 2022

D'ici le 1er janvier 2022, les repas servis en restauration collective devront compter 50 % de produits alimentaires durables de qualité, dont au moins 20 % issus de l'agriculture biologique. C'est ce que prévoit la loi dite Egalim du 30 octobre 2018. Un décret publié au Journal officiel du 24 avril 2019 apporte des précisions sur les catégories de produits durables de qualité.

Les signes ou mentions attestant de la qualité des produits alimentaires ou la préservation de l'environnement sont les suivants :

  • le label rouge ;
  • l'appellation d'origine ;
  • l'indication géographique ;
  • la spécialité traditionnelle garantie ;
  • la mention « issu d'une exploitation de haute valeur environnementale » ;
  • la mention « fermier » ou « produit de la ferme » ou « produit à la ferme », pour les produits pour lesquels existe une définition réglementaire des conditions de production.

Ces nouvelles exigences impliqueront de revoir éventuellement les prestations prévues par les contrats de restauration alimentaire avec un impact financier restant à évaluer.

 

Quelques conseils

  • Même si cette loi ne comporte aucune sanction, elle invite l’Ogec à se questionner sur la qualité des denrées alimentaires et à progressivement introduire du bio et des produits de qualité en circuit court.
  • Selon l’étude d’impact sur l’application de cette loi, l’augmentation du prix des repas représenterait un surcoût de 0.30 à 0.40€/repas. Aucun financement n’est prévu. Il a été prévu que le surcoût soit compensé par les économies qui seraient réalisées grâce à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Il pourrait également être compensé, compte tenu du coût de la viande et du poisson, par l’introduction d’un repas végétarien par semaine.