Actualités
Filtrer les actualités
Par ex., 08/12/2019
Par ex., 08/12/2019
Service civique
Publié le Lundi 7 octobre 2019

Bilan en mi-teinte pour le service civique 2019-2020 en Île-de-France

La Fnogec a délégué pour la première fois à l’Urogec Île-de-France la gestion du service civique pour accueillir en cette rentrée 2019 un volontaire dans un établissement scolaire catholique de notre réseau. Bien que les statistiques de participation soient en augmentation, le bilan est à relativiser. Pourquoi ?

Cette gestion a consisté à accompagner les établissements depuis la définition d’une mission de service civique jusqu’au recrutement d’un volontaire.

Un accompagnement renforcé...

40 demandes ont été déposées pour la campagne 2019-2020, soit une augmentation de 18% par rapport à la précédente campagne. Cependant, la performance de la campagne est en demi-teinte pour nos services. Pourquoi ?

Le protocole à suivre a occasionné de nombreux échanges avec les établissements pour s’approprier la démarche globale, définir la mission éligible selon les critères du service civique et surtout tenir le rythme pour obtenir les postes à temps. Ce qui n’a pas toujours été évident.

...mais un quota atteint trop tôt

En effet, dès le 23 septembre, le quota des 610 postes alloués par l'Agence du Service Civique à l'Enseignement catholique pour toute la France ayant été atteint, les établissements qui venaient de trouver un candidat n'ont pas pu lui donner suite.

Les leviers d'action pour 2020-2021

Quels sont alors les points sur lesquels agir pour la prochaine édition ?

  • Repenser le cadrage de la mission qui n’est pas une offre d’emploi, ni un stage mais bien une expérience d’éducation citoyenne pour aider le jeune à gagner en confiance et prendre le temps de réfléchir à son propre avenir. C’est donc une démarche solidaire de la part de l’établissement qui s’inscrit dans un principe de tutorat et non d'un salariat.
  • Mieux tenir les délais du fait des quotas attribués. En effet, la candidature d’un volontaire sélectionnée était validée au regard du nombre de places restantes, à l’échelle nationale, au moment de la transmission du profil. Des établissements n’ont donc pas eu de place alors qu’ils avaient trouvé un candidat.
  • Diffuser plus largement l’annonce d’un poste de service civique sur les réseaux, en complément du site de l’agence, pour maximiser sa visibilité auprès des candidats. La concurrence avec d’autres missions, hors enseignement catholique, étant la plus forte sur le site de l’agence.

Enfin, posons-nous la question de l’identification des jeunes dans les missions proposées. Comment les rendre suffisamment claires et attractives pour susciter l’engagement ?